Lire

Publiés
    La gidouille et la citrouille
    Accrocs dans le ciel
    Dire, raconter
    La tétralogie du vieux monsieur
    A mordir debout
    Sous la parole, l'image
    La trilogie de Lahouria
Terminés non publiés
    Sable au corps
    Inquiétante, cette étrangeté
    Les Elikos
    Les viocs
    L'œil de la nuque
    Nota bene
    Histoires à mort rire debout
    Off festival
    Kindle
    Le Marcheur
    Socrate
    Un jour peut-être
En cours
    Les Emileries
    La minute de l'ingénieur Modulo
Poèmes & fredons
    Formes poésie 1
    Formes poésie 2
    Fredons
    Comptines
Théâtre, radio-TV
    Les Adaptations
    Les Aristophanesques
    Les autres
    Les Combinatoires
    Les Echyleennes
    les Ecologiades
    les Etranges
    les Libidinales
    les Piecettes
    les Psychotiques
    les Shakespeides
    les Symbépiques
    Radio-TV
Vidéo
Audio

Articles
    I.A.E.P.
    Ecoutez voir
    Alliance, pour quoi faire ?
    Antigone ou le fatum transgénérationel
Communications
    Le corps, le signe et l'objet
    Le corps-scène
    Sur une hypothèse du corps mémoire
    L'improvisation
    L'objet imaginé
    Improvisation, ou l'illusion de l'émergence
    La modélisation de la révolution
Dans le rétroviseur
Bloc-notes
    Archives

    Georges Friedenkraft
    Chou Hibou Haïku

  L'âne rouge
  L'institut Charles Cros
  Bongiovani
  Théâtre du mouvement

  L'Emilius ankylosaurus
  Editions 24x36

Corps-mémoire

Articles & communications d'Emile  

Le corps, le signe et l'objet - Le corps-scène - Sur une hypothèse du corps mémoire - L'improvisation - L'objet imaginé
Improvisation ou l'illusion de l'émergence - Modélisation de la révolution

Ici, à la bibliothèque d'Emile faite de textes terminés ou considérés provisoirement comme tels et consultables, de textes en cours d’écriture, d'écrits pour le théâtre, la radio ou la télévision, d'un bloc-notes dit aussi chroniques, viennent s'ajouter des contributions et publications psychothérapiques et psychanalytiques.

D'aucuns diraient sérieuses ?

© Hivernales - 2001

Communications -  Sur une hypothèse du corps-mémoire

Contribution au Séminaire théorique du GIREP - Mai 1988

Ce n’est pas à proprement parler de psychosomatique qu’il sera traité ici, mais du jeu de la mémoire avec le ressenti corporel, sans s’aventurer dans le discours nosologique, il n’est pas exclu que la psychosomatique ait tout de même à voir avec ce jeu.

De la cuirasse à la mémoire

La partie de l’œuvre reichienne, qui conduit à l’analyse caractérielle et va donner plus tard la bioénergie, fut réalisée en confrontation avec les travaux de Freud.

Pour Reich, le caractère s’élabore au cours de la première enfance. C’est d’abord un mécanisme de protection narcissique, ensemble de traits défensifs organisés de façon intriquée et superposée, en véritable cuirasse destiner à lier une certaine quantité d’angoisse. C’est la cuirasse caractérielle. Elle constitue un obstacle au traitement de la névrose, car elle joue un rôle de prison autant que de protection. “Étant donné que le caractère névrotique a établi un certain équilibre, fut-il névrosé, par la mise en place de la cuirasse, l’analyse apparaît comme un danger menaçant précisément cet équilibre.” (1)

Reich observe que la cuirasse caractérielle se double d’un ensemble d’attitudes musculaires permanentes et découvre que cet ensemble est structuré comme la cuirasse caractérielle et assure une fonction similaire : il l’appelle la cuirasse musculaire.

Le sujet, pour tenter de se préserver des conflits, développe une certaine rigidité psychique et corporelle, comme s’il s’habillait d’une cuirasse, psychosomatique, construite de l’enchevêtrement des raideurs caractérielles et musculaires.
“Le concept d’identité fonctionnelle que je dus introduire signifiait strictement que les attitudes musculaires et caractérielles servent la même fonction dans l’appareil psychique. Elles peuvent s’influencer et se remplacer réciproquement. À la base, elles ne sauraient être séparées, dans leur fonction, elles sont identiques.” (2)

Cuirasses caractérielle et musculaire sont donc plus qu’interdépendantes, elles sont fonctionnellement identiques et indiquent des rapports psyché/soma. Les rigidités musculaires ne sont pas des manifestations accompagnant les mécanismes de refoulement, elles sont la partie somatique du refoulement et la base de son maintien.
La réduction des tensions musculaires chroniques favorise, d’une part, l’émergence du flux végétatif jusqu’alors endigué et provoque, d’autre part, le surgissement des souvenirs liés aux événements traumatisants. “Toute rigidité musculaire contient l’histoire et la signification de son origine (…) La cuirasse est la forme sous laquelle l’expérience infantile continue d’exister.” (3)

1 Wilhelm Reich, Analyse caractérielle, Payot, 1973, p. 58

2 Wilhelm Reich, Fonction de l’orgasme, Arche, 1970, p. 213

3 Ibidem, p. 236

Lire la suite

Le corps, le signe et l'objet - Le corps-scène - Sur une hypothèse du corps mémoire - L'improvisation - L'objet imaginé
Improvisation ou l'illusion de l'émergence - Modélisation de la révolution

Haut de page ]
Contact
© EN 2010   -   Mentions légales