Lire

Publiés
    La gidouille et la citrouille
    Accrocs dans le ciel
    Dire, raconter
    La tétralogie du vieux monsieur
    A mordir debout
    Sous la parole, l'image
    La trilogie de Lahouria
Terminés non publiés
    Sable au corps
    Inquiétante, cette étrangeté
    Les Elikos
    Les viocs
    L'œil de la nuque
    Nota bene
    Histoires à mort rire debout
    Off festival
    Kindle
    Le Marcheur
    Socrate
    Un jour peut-être
En cours
    Les Emileries
    La minute de l'ingénieur Modulo
Poèmes & fredons
    Formes poésie 1
    Formes poésie 2
    Fredons
    Comptines
Théâtre, radio-TV
    Les Adaptations
    Les Aristophanesques
    Les autres
    Les Combinatoires
    Les Echyleennes
    les Ecologiades
    les Etranges
    les Libidinales
    les Piecettes
    les Psychotiques
    les Shakespeides
    les Symbépiques
    Radio-TV
Vidéo
Audio

Articles
    I.A.E.P.
    Ecoutez voir
    Alliance, pour quoi faire ?
    Antigone ou le fatum transgénérationel
Communications
    Le corps, le signe et l'objet
    Le corps-scène
    Sur une hypothèse du corps mémoire
    L'improvisation
    L'objet imaginé
    Improvisation, ou l'illusion de l'émergence
    La modélisation de la révolution
Dans le rétroviseur
Bloc-notes
    Archives

    Georges Friedenkraft
    Chou Hibou Haïku

  L'âne rouge
  L'institut Charles Cros
  Bongiovani
  Théâtre du mouvement

  L'Emilius ankylosaurus
  Editions 24x36

L'improvisation

Articles & communications d'Emile  

Le corps, le signe et l'objet - Le corps-scène - Sur une hypothèse du corps mémoire - L'improvisation - L'objet imaginé
Improvisation ou l'illusion de l'émergence - Modélisation de la révolution

Ici, à la bibliothèque d'Emile faite de textes terminés ou considérés provisoirement comme tels et consultables, de textes en cours d’écriture, d'écrits pour le théâtre, la radio ou la télévision, d'un bloc-notes dit aussi chroniques, viennent s'ajouter des contributions et publications psychothérapiques et psychanalytiques.

D'aucuns diraient sérieuses ?

© Hivernales - 2001

Communications -  L’Improvisation : au théâtre comme ailleurs

Matières à conversation - Théâtre du Lierre - Octobre 2004

En fait, le titre de ma contribution n’est pas «l’improvisation au théâtre et ailleurs», mais comme ailleurs. Nuance, en cela que je vais me permettre d’élargir un peu le propos et, peut-être, y exprimer une opinion sujette à controverses.
D’abord, il n’y a pas de raison que l’improvisation ait un statut différent au théâtre que dans les autres expressions (d’où au théâtre comme ailleurs). Ensuite, je ne crois guère à la réalité de l’improvisation. Voilà l’objet du délit d’opinion sujette à controverse. Dans les 15 minutes qui me sont imparties, je ne pourrais pas développer toute mon argumentation, mais ainsi il y aura au moins ensuite matière à conversation.

En premier lieu, il conviendrait de s’entendre sur, précisément, ce que l’on entend par improvisation. À consulter les dictionnaires, on peut lire évidemment que l’improvisation c’est l’action d’improviser.
Alors improviser, c’est composer sur le champ et sans préparation. On parle aussi de création spontanée à propos d’improvisation. Il faudra revenir sur ce rapprochement improvisation - création.
Un impromptu (en musique, en danse, comme au théâtre) : petite pièce composée sur le champ et, en principe, sans préparation, là aussi.
Voilà pourquoi, en second lieu, il ne convient pas, en la matière selon moi, de séparer le théâtre des autres arts du spectacle, notamment la musique et la danse.

La danse est aux origines du théâtre comme on le verra mais, de nos jours, elle se présente comme un aboutissement, comme synthèse contemporaine : espace sonore, espace scénique, espace gestuel + maintenant la voix et la parole. Juste petite visite éclair à la musique et à la danse. Je ne viens pas ici en concurrence avec d’autres beaucoup plus compétents que moi sur le sujet. En musique, l’improvisation peut se voir comme exécution et/ou création spontanée, ni préparée ni notée. L’interprétation a été pendant longtemps synonyme de création spontanée. Le résultat de ces compositions éphémères survivait grâce à la transmission orale qui entraînait des versions successives en constante évolution de langage. Avec la notation à l’occidentale, se crée la mémorisation d’une musique qu’on finira par qualifier de savante. Mais aussi ne dit-on pas, par ailleurs, que la musique est vivante quand elle donne l’impression d’être improvisée.

(Notion d’improvisation partielle où la démarche de l’interprète se surajoute à celle du compositeur, qui peut prévoir et intégrer cette forme d’intervention).
L’improvisation est aussi une qualité de l’interprétation, mais, individuelle ou collective, elle doit respecter toujours des règles conventionnelles de langage, sans l’observation desquelles le produit sonore reste inintelligible.

Lire la suite

Le corps, le signe et l'objet - Le corps-scène - Sur une hypothèse du corps mémoire - L'improvisation - L'objet imaginé
Improvisation ou l'illusion de l'émergence - Modélisation de la révolution

Haut de page ]
Contact
© EN 2010   -   Mentions légales