Lire

Publiés
    La gidouille et la citrouille
    Accrocs dans le ciel
    Dire, raconter
    La tétralogie du vieux monsieur
    A mordir debout
    Sous la parole, l'image
    La trilogie de Lahouria
Terminés non publiés
    Sable au corps
    Inquiétante, cette étrangeté
    Les Elikos
    Les viocs
    L'œil de la nuque
    Nota bene
    Histoires à mort rire debout
    Off festival
    Kindle
    Le Marcheur
    Socrate
    Un jour peut-être
En cours
    Les Emileries
    La minute de l'ingénieur Modulo
Poèmes & fredons
    Formes poésie 1
    Formes poésie 2
    Fredons
    Comptines
Théâtre, radio-TV
    Les Adaptations
    Les Aristophanesques
    Les autres
    Les Combinatoires
    Les Echyleennes
    les Ecologiades
    les Etranges
    les Libidinales
    les Piecettes
    les Psychotiques
    les Shakespeides
    les Symbépiques
    Radio-TV
Vidéo
Audio

Articles
    I.A.E.P.
    Ecoutez voir
    Alliance, pour quoi faire ?
    Antigone ou le fatum transgénérationel
Communications
    Le corps, le signe et l'objet
    Le corps-scène
    Sur une hypothèse du corps mémoire
    L'improvisation
    L'objet imaginé
    Improvisation, ou l'illusion de l'émergence
    La modélisation de la révolution
Dans le rétroviseur
Bloc-notes
    Archives

    Georges Friedenkraft
    Chou Hibou Haïku

  L'âne rouge
  L'institut Charles Cros
  Bongiovani
  Théâtre du mouvement

  L'Emilius ankylosaurus
  Editions 24x36

Friedenkraft

La bibliothèque des autres - Georges Friedenkraft

La bibliothèque comprend certains des textes .

Document sans nom

Au lieu de ça - Haîkous océanique - Autres haîkous 

 
 
 

Georges Friedenkraft

Au lieu de ça … (Haïboun 1 de fantasmes)

dimanche 3 juillet 2011

Au lieu de ça… le rêve en toute nudité. Le rêve en toute simplicité.
Où tu te loves. Comme une marmotte en hibernation. Où tu geins.
Allongée sur le dos. Où tu gis parmi les pétales froissés de tes jupes.
Sur le velours moite du sofa mauve.

Au lieu de ça… les caprices du songe. Les bouderies du fantasme.
Masquées par le lent mouvement de tes seins. Qui oscillent comme la
coque d’un bateau. T’ai-je dit déjà que leurs pointes évoquaient la
mûre, le cassis, la myrtille ? T’ai-je dit que plus bas, au confluent de
ton ventre et de tes cuisses, la lisière sombre et verticale mimait une
floraison duveteuse d’automne ? Les cryptogames brunis et les
acacias d’or. La sente de glaise qui chemine entre les treilles
assoupies.

Au lieu de ça… la plastique froide et parfaite. La perfection attique.
Les dunes métamorphosées en oranges givrées. Offertes à nos lèvres
gourmandes. Le galbe des cuisses. Le potelé des hanches. Dans ta
position, on ne peut évidemment percevoir le trapèze doré et charnu
de tes fesses. Ni le pétrir comme une miche de pain blond juste sortie
du four. Le rêve où tu te loves et dont je suis exclu. Où tu gis, tu
geins parmi les caprices froissés de tes songes débridés.

Lire la suite

 

Haut de page ]
Contact
© EN 2010   -   Mentions légales